Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 4 novembre 2011

audio/video: Naomi Klein, La stratégie du choc + Occupy Wall Street: The Most Important Thing in the World Now

écouter: Naomi Klein, La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre
Précédé d'un reportage d'Antoine Chao dans la manifestation "Les peuples d'abord, pas la finance" organisée dans le cadre du contre-sommet du G20 qui se tient jusqu'à vendredi en parallèle du G20 à Cannes.
Là-bas si j'y suis par Danier Mermet, 2 novembre 2011
l'entretien intégral avec KleinLà-bas si j'y suis par Danier Mermet, 9 octobre 2008

+

Naomi Klein, Occupy Wall Street: The Most Important Thing in the World Now
I was honored to be invited to speak at Occupy Wall Street on Thursday night. Since amplification is (disgracefully) banned, and everything I say will have to be repeated by hundreds of people so others can hear (a k a “the human microphone”), what I actually say at Liberty Plaza will have to be very short. With that in mind, here is the longer, uncut version of the speech.
  Published in The Nation.

Aucun commentaire: