Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 13 juillet 2012

Vincent Dubois, La politique culturelle

Vincent Dubois
La politique culturelle
Collection : Poche
Belin
2012

Présentation de l'éditeur
La politique culturelle fait aujourd'hui partie des champs d'action des pouvoirs publics. Elle demeure néanmoins floue dans ses objectifs, imprécise dans la définition de ses frontières et sujette à de fréquentes polémiques. C'est dans la genèse particulière de cette politique que se trouvent les raisons d'une telle ambivalence.
L'émergence de la culture comme catégorie d'intervention publique n'a pas été un processus linéaire. Les problèmes culturels (tels que les conditions de la création artistique ou la démocratisation culturelle...) ont d'abord été construits contre l'État quand artistes et intellectuels affirmaient leur autonomie. Ils sont désormais construits et traités par des experts officiels et des administrateurs de culture, au sein d'instances et d'institutions étatiques. En bref, ils deviennent des problèmes d'État. La politique culturelle emprunte alors les prétentions universalistes du monde intellectuel et artistique. Elle s'entoure d'un halo de flou propice à éloigner le spectre d'une culture d'État et réactive plus qu'elle ne les tranche les débats sur la définition de la culture.
En étudiant les modalités et les effets de cette genèse, de la fin du XIXe siècle à nos jours, ce livre apporte une contribution à l'analyse socio-historique de la formation d'une fonction et institution d'État et à celle d'un champ culturel progressivement transformé par l'intervention étatique.
Vincent Dubois, professeur à l'Université de Strasbourg et membre de l'Institut universitaire de France, a notamment publié Les mondes de l'harmonie (La Dispute, 2009, avec J.-M. Méon et E. Pierru) et Le politique, l'artiste et le gestionnaire - (Re)configurations locales et (dé)politisation de la culture, (éd. Du Croquant, 2012, avec Clément Bastien, Audrey Freyermuth et Kévin Matz)

Aucun commentaire: