Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 22 avril 2013

Emmanuelle Gatien, Prétendre à l’excellence, Prix Albert Londres, prix journalistiques et transformations du journalisme

Emmanuelle Gatien
Prétendre à l’excellence
Prix Albert Londres, prix journalistiques et transformations du journalisme
Préface de Dominique Marchetti
LGDJ
2013

Présentation de l'éditeur
Recherche homme, grand reporter, fortement diplômé, travaillant dans la presse nationale généraliste sur des sujets internationaux ou les conflits… Tel pourrait être l’appel d’offre lancé par le Prix Albert Londres chaque année à destination des journalistes, ou du moins les principales composantes distinctives du profil requis. Au travers de ce prix, le premier historiquement dédié aux journalistes, ce livre propose de comprendre certains enjeux de définition du métier de journaliste et les différents enjeux de la consécration. Quels sont les rôles que jouent les prix attribués aux journalistes pour la profession ? Qu’est-ce qu’un « bon » journaliste ? À une époque où les journalistes eux-mêmes engagent de plus en plus une réflexion sur leur profession, la question du statut du journaliste et de sa reconnaissance se pose particulièrement. Cette enquête vise à apporter un éclairage au « concret » sur les phénomènes d’ajustement aux grandes évolutions du métier en mettant à jour les coulisses du Prix (correspondance des membres du jury, annotations manuscrites, curriculum vitae des candidats, délibérations et remises de prix sont au coeur du dispositif, tout comme des entretiens avec les journalistes). Les ressources sur lesquelles les journalistes s’appuient pour prétendre à l’excellence, mais aussi les compétences sociales valorisées, les prises de position du jury et les formats journalistiques privilégiés constituent autant d’indicateurs de ce qui se joue dans la sélection, selon les époques. En incluant et en excluant, le prix livre ainsi, en filigrane, la définition « juste » du journaliste et son analyse permet de comprendre à la fois les logiques de consécration et leurs effets en termes de représentations et de pratiques. 

Aucun commentaire: