Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 11 avril 2013

Sophie Orange, L'autre enseignement supérieur - Les BTS et la gestion des aspirations scolaires

Sophie Orange
L'autre enseignement supérieur
Les BTS et la gestion des aspirations scolaires
Puf
2013

Présentation de l'éditeur
La seconde massification scolaire au seuil des années 1990 a conduit un certain nombre d’enfants d’ouvriers et d’employés au baccalauréat puis à l’enseignement supérieur. Or, ces « nouveaux étudiants » ne se sont pas répartis au hasard des filières et ont trouvé, dans les BTS, une voie de poursuite d’études privilégiée. À l’heure actuelle, les BTS continuent d’accueillir en plus forte proportion que les autres filières les minorités de l’enseignement supérieur que sont les bacheliers d’origine populaire, les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels.
Comment expliquer la conversion aux études longues d’élèves qui en étaient jusquelà tenus à distance ? Comment comprendre leur orientation massive vers les BTS ? Quels effets la position marginale des BTS au sein de l’enseignement supérieur a sur ces publics, sur leurs parcours et sur leurs aspirations ?  
Sophie Orange est docteur en sociologie, maître de conférences à l’UFR de sociologie de l’université de Nantes et chercheuse au Centre nantais de sociologie (CENS). Elle a notamment publié (en codirection) La fabrique biographique, en 2012, aux PULIM.

Aucun commentaire: