Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 3 juin 2013

Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb

Isabelle Charpentier
Le Rouge aux joues
Virginité, interdits sexuels 
et rapports de genre au Maghreb 
P.U.Saint-Etienne
2013

Présentation de l'éditeur
Depuis plus de vingt ans, nombreuses sont les écrivaines (franco)algériennes et (franco)marocaines à briser le silence sur le tabou rémanent pesant sur la virginité des filles. À l’heure où les demandes de certificat de virginité et d’hyménoplastie se multiplient en Algérie et au Maroc, elles contribuent ainsi à mettre en lumière les formes souvent violentes, matérielles ou symboliques, de la socialisation et des dominations qui ont contraint ou contraignent encore la sexualité des femmes dans des sociétés patriarcales. S’appuyant sur les œuvres de ces auteures, ainsi que sur leurs témoignages inédits, cet ouvrage cherche à éclairer les stratégies de prise de parole, de résistance et de transgression que ces écrivaines – et leurs personnages – mettent en œuvre en prenant la parole sur cette violence « ordinaire » faite aux femmes maghrébines.

Politiste et sociologue, Isabelle Charpentier est maîtresse de conférences en Science Politique à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines – et chercheure associée au CSE (EHESS-CNRS). Elle s’intéresse à la sociologie de la littérature, des pratiques culturelles et du genre.

Aucun commentaire: