Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 28 juin 2013

Robin Cavagnoud, L'enfance entre école et travail au Pérou - Enquête sur des adolescents à Lima

Robin Cavagnoud
L'enfance entre école et travail au Pérou
Enquête sur des adolescents à Lima
Préface de Maria Eugenia Cosio Zavala
Karthala
2012

Présentation de l'éditeur
Le travail des enfants a une longue histoire dans la réalité sociale du Pérou, comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine, que ce soit en milieu rural ou urbain. Pour de nombreux parents, l’implication des enfants et des adolescents dans les stratégies familiales fait partie de leur condition et participe de leur apprentissage à la discipline et à la responsabilité. Depuis quelques années, la rigueur des analyses sur ce phénomène s’affine et s’appréhende de manière plus pragmatique. Il n’est pas ici question d’accepter toutes les formes de travail concernant les enfants, mais de décrire, dans cet ouvrage, ce qui se passe pour certains d’entre eux à Lima, capitale et grande métropole péruvienne.
S’appuyant sur des enquêtes de terrain auprès d’enfants et d’adolescents travailleurs, cette étude présente les raisons qui amènent les plus jeunes à entrer dans le monde du travail, avec une scolarisation complète (possible grâce au fonctionnement du système scolaire au Pérou), partielle, ou abandonnée. Sont exposés lucidement les motifs de ce choix, perçu pour certains comme constituant une forme de socialisation alternative à l’école.
Le récit de vie de ces adolescents nous aide à identifier les facteurs de leur situation familiale (pauvreté, père absent, maladie, fratrie nombreuse…) et sociale (migration, problèmes administratifs…), les contraignant à mettre en place des stratégies d’adaptation pour surmonter les épreuves, tout en conservant une marge de manoeuvre qui leur permet d’intervenir comme acteur de leur propre existence. La déscolarisation vécue par certains d’entre eux ne signifie pas vie indépendante ; le travail, souvent difficile, les conduit à manifester une grande solidarité familiale dans des situations quotidiennes évoluant de la précarité à la survie.

Robin Cavagnoud, sociologue, est pensionnaire de l’Institut français d’études andines (IFEA, UMIFRE 17 CNRS-MAE) et chercheur associé au Centre de recherche et de documentation de l’Amérique latine (CREDA, UMR 7227). Ses travaux portent sur le travail des enfants, les stratégies familiales face à la précarité (migration, prostitution) ainsi que sur la protection et les constructions socioculturelles de l’enfance, principalement au Pérou et en Bolivie. Il coordonne au sein de l’IFEA le programme régional « Famille, genre et mobilités dans les sociétés andines ».

Aucun commentaire: