Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 7 novembre 2014

Camille Mazé, La fabrique de l'identité européenne. Une visite dans les coulisses des musées de l'Europe

Camille Mazé 
La fabrique de l'identité européenne
Une visite dans les coulisses des musées de l'Europe
Belin
2014

Présentation d l'éditeur
À un moment où l’identité nationale sent le soufre, où le projet européen peine à bâtir sa légitimité et où la diversité culturelle est devenue un paradigme banalisé de l’action publique, les musées nationaux d’histoire et d’ethnologie apparus avec les États-nations posent problème. Quel rôle politique assigner à ces institutions en prise avec un sujet aussi brûlant que celui des identités politiques et culturelles ? Alors que l’Europe souffre d’un déficit de définition consensuelle et que le musée a, jusqu’à présent, constitué un outil privilégié de représentation et de légitimation de la Nation et de ses régions, l’entreprise de création de « musées de l’Europe » n’est-elle pas tout simplement paradoxale ?
Ce livre se propose d’explorer la gageure relevée par les entrepreneurs de ces musées inédits consacrés à l’Europe, afin de mettre au jour les individus, les groupes, les institutions qui se sont emparés du problème, d’identifier les stratégies qu’ils mettent en place, les registres et notions qu’ils mobilisent et les difficultés et obstacles qu’ils rencontrent. Il nous renseigne ainsi à la fois sur l’évolution du musée et sur son rôle politique, sur l’État-nation, l’identité nationale et les relations entre la science et le politique dans les constructions identitaires ainsi que sur les pensées de l’Europe, la construction de l’Union européenne et les processus d’européanisation culturelle historiques et contemporains.
Camille Mazé est maître de conférences en anthropologie, vice-présidente du département d'ethnologie et directrice du Master 2 "Développement de projets en tourisme culturel" de l’Université de Bretagne occidentale

Aucun commentaire: