Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 17 février 2015

vidéo: Anne Lambert, "Tous propriétaires !" L'envers du décor pavillonnaire



Boîte à Idées.  par Mediapart
Anne Lambert
"Tous propriétaires !"
L'envers du décor pavillonnaire
Seuil
Liber
2015

Présentation de l'éditeur
Faut-il faire de la France un pays de propriétaires et liquider le parc HLM de l'après-guerre ? C'est en tout cas le tournant pris par les politiques publiques depuis les années 1970. Etre propriétaire de son pavillon, profiter des attraits de la ville à la campagne, réinventer la sociabilité de voisinage et la mixité sociale, tel est le projet qu'ont vocation à incarner les nouveaux lotissements et que favorisent les aides à l'accès à la propriété.
Mobilisant données statistiques, enquêtes de terrain et témoignages vécus, ce livre montre qu'en nourrissant un vaste mouvement de périurbanisation des classes populaires, la diffusion de la propriété transforme en profondeur leurs conditions d'existence : déstabilisation de l'économie domestique par le poids de l'endettement, éloignement des bassins d'emploi et des réseaux de solidarité, repli des femmes sur la sphère domestique, "mixité" sociale conflictuelle...
Entre la maison individuelle rêvée et le logement standardisé souvent exigu et inachevé que ces "primo-acquérants" ont pu se payer, entre le quartier pavillonnaire imaginé sur papier glacé et le lotissement sous-doté en équipements collectifs et coupé du monde auquel ses habitants se trouvent assignés, ce nouveau monde de "HLM à plat" est gros de tensions dont Anne Lambert souligne l'importance politique pour les années à venir.
Anne Lambert, sociologue, est chercheuse à l'INED. Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure (Lyon), agrégée de sciences économiques et sociales, elle a enseigné la sociologie à l'Université Paris 1 puis au département de sciences sociales de l'ENS Paris

Aucun commentaire: