Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 30 novembre 2015

écouter: Franz Schultheis, présente Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand (Sous la direction de Schultheis & Kristina Schulz)


écouter: Franz Schultheis, présente Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand (Sous la direction de Schultheis & Kristina Schulz)
La Suite dans les idées par Sylvain Bourmeau, 28.11.2015

Sous la direction de
Franz Schultheis
& Kristina Schulz
Société à responsabilité limitée
Enquête sur la crise du modèle allemand
Raisons d'agir
Cours & Travaux
2015

Présentation de l'éditeur
L’Allemagne, constituée en modèle de rigueur financière et de vertu économique par l’orthodoxie néolibérale, n’échappe pas plus que les autres pays européens aux conséquences du couperet budgétaire. Au début des années 2000, la troisième voie sociale-libérale telle que l’ont définie Blair et Shröder amorce le passage d’un État social à vocation universelle à un État dispensant une assistance résiduelle. Incarné par les « jobs à un euro », le démantèlement du modèle salarial et du système de santé allemands laisse une part croissante de la population en souffrance dans une société désormais « à responsabilité limitée ».
Sous la direction de Franz Schultheis et Kristina Schulz, une équipe de chercheurs s’est attachée à rendre raison de la situation sociale de l’Allemagne et des contreparties réelles de son modèle à travers des enquêtes approfondies et des entretiens compréhensifs, inspirés du travail collectif réalisé sous la direction de Pierre Bourdieu dans La Misère du monde. Le tableau sociologiquement construit des témoignages recueillis dans ce livre démontre comment la précarité sociale s’inscrit désormais au cœur de la société allemande.
Traduction par Anaïs Cretin, Karim Fertikh et Claudine Girod, avec le concours de Frédéric Chateigner et Nadine Willmann 
 

Aucun commentaire: