Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 7 avril 2016

écouter: Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque


écouter:
Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque
Autour de la question par Sophie Joubert, 22.04.2016

 Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque
La Suite dans les idées Sylvain Bourmeau, 02.04.2016

Jean-Louis Fabiani
Pierre Bourdieu
Un structuralisme héroïque
Seuil
La couleur des idées
2016

Présentation de l'éditeur
L’extraordinaire succès de l’œuvre de Pierre Bourdieu brouille en partie sa lecture. Ses interprètes ne s’encombrent pas toujours d’un examen attentif des textes et encore moins d’une réflexion sur la genèse sociale de concepts désormais classiques : qu’ils s’emploient à célébrer ou à dénigrer l’édifice théorique, ils en mésestiment fréquemment les complexités.
À rebours du traitement ordinaire que les routines académiques réservent aux productions intellectuelles, Jean-Louis Fabiani tente d’appliquer à Bourdieu les outils qu’il a lui-même forgés. Cette méthode permet ainsi d’éprouver à la fois leur efficacité pour rendre compte de la trajectoire du sociologue et leur portée heuristique en général. Il s’agit de réintégrer « Bourdieu » dans le cadre analytique qu’il a lui-même construit, non pas pour le transposer de façon mécanique, mais pour en mesurer éventuellement les limites.
En interrogeant les ambiguïtés et les inflexions de l’œuvre comme les ambivalences de ses usages savants et politiques, ce livre en montre une part de la grandeur cachée, et, en ne prenant pas entièrement au sérieux l’ambition héroïque du grand théoricien, il lui donne la possibilité, apparemment paradoxale, de survivre à ses propres contradictions.

Directeur d’études à l’EHESS et professeur de sociologie à Central European University (Budapest), Jean-Louis Fabiani est l’auteur d’une dizaine de livres, dont Les Philosophes de la République (Minuit, 1988) et Qu’est-ce qu’un philosophe français ? (Éditions de l’EHESS, 2010).

Aucun commentaire: