Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 14 octobre 2016

Alain Vaillant, Qu'est-ce que le romantisme ?

Alain Vaillant
Qu'est-ce que le romantisme ?
CNRS
2016

Présentation de l'éditeur
À l’aube de notre modernité, le romantisme a transformé la littérature, la musique, les Beaux-Arts. Mais, plus généralement, il a bouleversé notre manière de penser, d’aimer, de percevoir la nature ou la société – en un mot, de vivre. Né en terre germanique, il a brillé d’un éclat formidable dans la France postrévolutionnaire, avant d’essaimer dans l’Europe entière et au-delà.
La notion est si vaste qu’on la prétend indéfinissable. On a tort. Mais si elle a un sens, il faut le chercher du côté de l’Histoire. Apparu au cœur de l’Occident moderne, le romantisme, quelles que soient ses variantes nationales, prépare et accompagne culturellement l’émergence de nos démocraties parlementaires et de nos sociétés libérales. De cette définition historique, il faut alors tirer toutes les conséquences artistiques et intellectuelles.

Alain VAILLANT
Est professeur de littérature française à l’université Paris-Ouest. Spécialiste du romantisme et d’histoire littéraire, il a écrit ou dirigé de nombreux ouvrages sur la culture du rire et sur le comique littéraire.

Aucun commentaire: