Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 5 octobre 2016

écouter: Séverine Chauvel, Course aux diplômes : qui sont les perdants ?


écouter: Séverine Chauvel, Course aux diplômes : qui sont les perdants ?
Rue des écoles par Louise Tourret, 02.10.2016
Séverine Chauvel
Course aux diplômes : qui sont les perdants ?
Textuel
Petite Encyclopédie critique
2016

Présentation de l'éditeur
Il va aujourd’hui de soi que les plus diplômés sont les mieux protégés contre le chômage. Les politiques d’éducation ont de leur côté favorisé une augmentation spectaculaire du nombre des bacheliers et des étudiants.
Cet ouvrage analyse les impensés et les effets paradoxaux de ces investissements scolaires : que valent les titres scolaires quand explosent les effectifs des diplômés ? Quelles sont les nouvelles concurrences entre établissements scolaires et universitaires ? Comment les discriminations impactent-elles la valeur des diplômes ? L’école ne doit-elle que préparer à l’entrée sur le monde du travail ?

Séverine Chauvel est sociologue, maîtresse de conférences à l’université de Paris-Est-Créteil et membre de l’Observatoire universitaire international d’éducation et de prévention. Elle a notamment publié (avec Fabrice Dhume et Suzanna Dukic) De l’(in)égalité de traitement selon « l’origine » dans l’orientation et les parcours scolaires(La Documentation française, 2011). 

Aucun commentaire: