Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


vendredi 1 octobre 2010

Alban Bensa, Après Lévi-Strauss


Alban Bensa
Après Lévi-Strauss
Pour une anthropologie à taille humaine

Textuel
2010














Présentation de l'éditeur
L’anthropologie a été durablement marquée par la figure tutélaire de Claude Lévi-Strauss. Mais sa puissance intellectuelle et son autorité académique ont occulté une autre anthropologie, davantage appliquée à comprendre la réalité des comportements humains, leurs stratégies, leurs fragilités, leur ténacité, leur rage aussi. Contre le primat donné aux approches culturalistes et identitaires, il est temps de revenir à une anthropologie à taille humaine, soucieuse de comprendre l’autre et non de l’étiqueter. Soucieuse des individus plutôt que des constructions abstraites et englobantes, qui leur dénient lucidité et liberté.

Alban Bensa est anthropologue à l’EHESS. Il mène une réflexion sur les fondements épistémologiques d’une anthropologie de l’action et de l’événement afin de faire de sa discipline une « science sociale des mutations du monde contemporain ». Il est notamment l’auteur de La fin de l'exotisme (Anacharsis, 2006).

Aucun commentaire: