Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 11 octobre 2010

Pierre Bourdieu, Les sciences sociales et la philosophie


Pierre Bourdieu, Les sciences sociales et la philosophie, Actes de la recherche en sciences sociales, Éducation et philosophie, Numéro 47-48 1983, pp. 45-52
(voir également L'oubli de l'histoire, in Pierre Bourdieu Méditations pascaliennes, Seuil, 1997












Éducation et philosophie

3 - 20
Les programmes, les hommes et les œuvres
Jean-Louis Fabiani


21 - 36
L'école des philosophes
Louis Pinto


37 - 44
Contribution à une histoire des rapports entre la sociologie et la philosophie
Wolf Lepenies



53 - 76
Une réforme impossible
Dominique Julia



77 - 89
Le champ universitaire parisien à la fin du 19ème siècle
Christophe Charle




90 - 112
Les professeurs de la République
Victor Karady


113 - 117
L'économie politique à la conquête d'une légitimité, 1896-1937
Lucette Le Van-Lemesle



119 - 127
De la dangerosité au risque
Robert Castel

Aucun commentaire: