Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 31 janvier 2011

audio/video: Éric Brian et Marie Jaisson, Hasard et sociologie : le sexisme de la première heure

 Conférence-débat présentée et animée par Éric Brian et Marie Jaisson, à l’occasion de la sortie de leur livre Le Sexisme de la première heure. Hasard et sociologie (Raisons d'Agir, 2007)
Espace virtuel sur Second Life "Pierre Bourdieu un hommage", 27 octobre 2007

écouter:
compléments:
----

video:
Hasard et sociologie : le sexisme de la première heure
Éric Brian (EHESS-ENS)
Journée Le concept de ‘randomness’ : aléatoire et stochastique
organisé par Marie Farge (CNRS)
29 mars 2006

Aucun commentaire: