Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 31 mars 2011

écouter: Jean-Pierre Salgas, Gombrowicz, un structuraliste de la rue

écouter: Jean-Pierre Salgas, pour son livre Gombrowicz, un structuraliste de la rue
A plus d'un titre, par Jacques Munier, 21.03.2011

Jean-Pierre Salgas
Gombrowicz, un structuraliste de la rue
Suivi de
Witold Gombrowicz
«La littérature émigrée et le pays natal» et autres textes

Collection «Philosophie imaginaire»
Editions de l'éclat
2011


Présentation de l'éditeur
«L’œuvre de Gombrowicz est comme une fusée de science-fiction lancée en direction de quelque année 2000 d’un Cap-Canaveral bizarrement situé dans une gentilhommière polonaise d’avant-guerre. Le plus curieux, c’est que cet engin “futurible” est bricolé avec les moyens du bord, un peu de bois, un peu de brique, un peu de boue, rien qu’on n’ait pu trouver à portée de la main dans une cour de ferme, une rue de province d’Europe Orientale, il y a quelque quarante ans» écrivait Kot Jelenski dans Le Monde, quelques mois avant la disparition de l’écrivain (1904-1969). Près de cinquante ans plus tard, la prophétie Gombrowicz anticipe plus que jamais les questions de notre présent – de la littérature «mondiale» à la planète «mondialisée».
Auteur d’un Witold Gombrowicz ou l’athéisme généralisé (Seuil 2000), Jean-Pierre Salgas revient ici sur la trajectoire à rebours de l’«auteur de Ferdydurke», romancier-philosophe passé de la «périphérie de l’Europe» (Pologne) à la «périphérie du monde» (Argentine), avant de s’achever dans l’«entre-centre» (Paris), et se définissant lui-même comme un «structuraliste de la rue».
Commentateur intarissable de ses propres œuvres, il a laissé une multitude d’articles et d’entretiens, dont cinq (inédits en français) plus deux (depuis longtemps inaccessibles) viennent enrichir le présent volume.

Jean-Pierre Salgas, né en 1953, est critique depuis 1983 (La Quinzaine littéraire, France-Culture, Art-press...), et professeur d’Histoire et Théorie des Arts depuis 1992 (Tourcoing, Nancy, Bourges). Il a été commissaire des expositions: 1968-1983-1998. Romans mode d’emploi (ADPF, 1998), Les Trois Mousquetaires : Witkacy, Schulz, Gombrowicz, Kantor (Nancy 2004), Regarde de tous tes yeux regarde, l’art contemporain de Georges Perec (Nantes 2008), et co-auteur du film Christian Boltanski, signalement, Centre Georges Pompidou, 1992.

Sommaire. Préface: «Lundi Gombrowicz, mardi Gombrowicz» I. Une «non divine comédie» (Sur le théâtre de Gombrowicz). II. Gombrowicz dans les règles de l’art. III. L’histoire de la philosophie à rebours. IV. De la «filistrie». V. «Les Trois Mousquetaires».

Textes de Witold Gombrowicz : 1. Prologue à la première édition espagnole de Ferdydurke (1947). 2. «Je défends les Polonais contre la Pologne» (1952). 3. «Mon conseil avant de mourir» (1954). 4. «La littérature émigrée et le pays natal» (1956). 5. Préface à l’édition varsovienne de Trans-Atlantique (1957). 6. Interview accordée à Radio Free Europe (1963). 7. Biographie de Witold Gombrowicz, par Witold (et Rita) Gombrowicz (1969).

Aucun commentaire: