Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 1 avril 2011

en ligne: Frédérique Matonti, articles à propos des Intellectuels communistes. Essai sur l'obéissance politique. La Nouvelle Critique

«Ne nous faites pas de cadeaux». Une enquête sur des intellectuels communistes, Genèses, 1996, Numéro 25, pp. 114-127

Les «bricoleurs». Les cadres politiques de la raison historienne : l'exemple de La Nouvelle critique, Politix, 1996, Volume 9, Numéro 36, pp. 95-114

Les "garde-fous". Trajectoires biographiques et obéissance politique: l'exemple du groupe dirigeant de La Nouvelle Critique, Le Mouvement Social 1999/1 (n°186)

La colombe et les mouches. Frédéric Joliot-Curie et le pacifisme des savants, Politix, Année 2002, Volume 15, Numéro 58, pp. 109-140

« Il faut observer la règle du jeu »Sociétés & Représentations 1/2003 (n° 15), p. 293-306. 

Une nouvelle critique cinématographique, Actes de la recherche en sciences sociales 1/2006 (n° 161-162), p. 66-79.

Frédérique Matonti
Intellectuels communistes
Essai sur l'obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980)
Collection : L'espace de l'histoire
La Découverte
2005

Voir également: Bernard Pudal, « Compte rendu de Frédérique Matonti, Intellectuels communistes», Le Mouvement Social, n° 214 (janvier-mars 2006), p. 165-167

Aucun commentaire: