Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 1 juin 2011

dvd: Pierre Carles, Fin de concession

Fin de concession
Pierre Carles
Fin de concession
Zone 2 • DVD 9 • 16/9 • PAL – Son stereo • 2h08 • Film sous-titré en espagnol et anglais
[DVD destiné à un usage exclusivement privé ; pour toute autre utilisation (diffusion publique, gratuite ou non), contacter cp-productions@wanadoo.fr]


Un film de Pierre Carles
produit par Annie Gonzalez
monté par Bernard Sasia
avec la participation plus ou moins volontaire de :
Hervé Bourges, Jean-Marie Cavada, Jacques Chancel, Michèle Cotta, Jean-Pierre Elkabbach, Franz-Olivier Giesbert, Xavier Gouyou Beauchamps, Elise Lucet, Etienne Mougeotte, Audrey Pulvar, Bernard Tapie, Charles Villeneuve, Karl Zéro…
Les médias mentent. Grossièrement comme lorsque PPDA fabrique une fausse interview de Fidel Castro, ou bien par omission lorsque aucune chaîne de télévision n’a idée d’enquêter sur les conditions de l’attribution de la concession de TF1 au groupe Bouygues, ni sur les renvois d’ascenseur entre Martin Bouygues et un certain… Nicolas Sarkozy.
Reprenant son bâton de pèlerin de critique des médias, Pierre Carles repart à l’assaut des responsables de l’information pour amener ceux-ci à reconnaître leurs mensonges, à dévoiler leur connivence avec le pouvoir politico-économique.
Au fur et à mesure que Carles et son double, l’improbable caméraman uruguayen Carlos Pedro, règlent leur compte aux dinosaures de l’audiovisuel, l’ex chevalier blanc de la télévision découvre à quel point ces dirigeants savent désormais esquiver, contrer ou digérer la critique des médias. Quinze ans après s’être attaqué à Canal + et avoir ridiculisé de hauts responsables de l’information, lui et ses complices sont amenés à se poser des questions sur l’efficacité de leurs méthodes. Ont-ils perdu la bataille ? Doivent-il s’avouer vaincus ? Ou faut-il changer de méthode et s’y prendre autrement avec les puissants ?
Interview de Pierre Carles, propos recueillis par Philippe Person le 26 août 2010 à Paris

Aucun commentaire: