Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 2 juin 2011

Jocelyn Benoist, Éléments de philosophie réaliste

Jocelyn Benoist
Éléments de philosophie réaliste
Vrin
2011

Présentation de l'éditeur
S’il n’est pas, ne peut plus être question ici, de définir l’essence de la réalité, il s’agit en revanche de clarifier la façon dont, en diverses occurrences, nous mettons en œuvre ce concept. A quelles occasions, et comment, parlons-nous de « réalité »? Quel rôle cette idée joue-t-elle dans nos pensées et nos vies? Ce rôle, à l’analyse, apparaîtra constitutif. Ce qu’on appelle « réalité » se découvrira ainsi un trait de notre esprit même : ce par rapport à quoi celui-ci, dans ses attitudes et ses contenus, a seulement un sens – c’est-à-dire peut, selon sa vocation propre, en déployer un.

Jocelyn Benoist est professeur à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et chercheur aux Archives Husserl de Paris.

Aucun commentaire: