Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 28 juin 2011

Mikael Rask MADSEN, La genèse de l'Europe des droits de l'Homme. Enjeux juridiques et stratégies d’État

Mikael Rask MADSEN
La genèse de l'Europe des droits de l'Homme
Enjeux juridiques et stratégies d’État
(France, Grande-Bretagne et pays scandinaves, 1945-1970)

Presses Universitaires de Strasbourg
2010

Présentation de l'éditeur
L’évolution des droits de l’homme en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale est sans doute une des plus grandes avancées du processus d’intégration européenne. Mais comme cet ouvrage le montre, le succès de cette Europe des droits de l’homme était tout sauf acquis : il a reposé à la fois sur un ambitieux programme juridique et politique et sur une transformation géopolitique qui a vu les sociétés européennes peu à peu, souvent avec de grandes réticences, se projeter dans le paysage naissant d’une Europe régulée par un droit commun.
Ce livre, qui traite surtout des cas français, britannique et scandinave – des pays centraux dans ce processus – propose une analyse originale de la genèse de l’Europe des droits de l’homme, de l’après-guerre à l’avènement de la Cour Européenne des Droits de l’Homme à la fin des années 1960. L’auteur se penche sur la convergence des processus sociaux, juridiques et politiques qui ont rendu possible la révolution européenne des droits de l’homme: le déclin de l’impérialisme européen, l’impact des politiques de la guerre froide sur l’idée de droits de l’homme européens, la montée en puissance de l’État-providence et l’émergence de l’idée même d’une Europe unie. Ilétudie les principaux acteurs de ces transformations cruciales, depuis les entrepreneurs juridiques des droits de l’homme universels comme René Cassin et Hersch Lauterpacht aux grands hommes d’État qui ont investi les droits de l’homme dans le but de recréer une société nationale et internationale, de Pierre-Henri Teitgen à Olof Palme. Est également analysée l’influence décisive des militants d’ONG telles qu’Amnesty International sur l’agenda des droits de l’homme.
Cet ouvrage développe la thèse selon laquelle la montée en puissance des droits de l’homme en Europe a été le produit de ces investissements complexes et souvent conflictuels du droit et de la politique, au niveau national comme international. Pour ces raisons, il est nécessaire à qui veut saisir la situation actuelle des droits de l’homme de comprendre au préalable cette genèse de l’Europe des droits de l’homme.


Mikael Rask Madsen est professeur de droit et directeur du Centre d’études de la culture juridique à la faculté de droit de l’Université de Copenhague. Sociologue et juriste, ses recherches portent sur l’européanisation et la mondialisation du droit, et en particulier le rôle des juristes dans ces processus.

Aucun commentaire: