Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 20 septembre 2011

Hyacinthe Ravet, Musiciennes. Enquête sur les femmes et la musique


Hyacinthe Ravet  
Musiciennes 
Enquête sur les femmes et la musique
éditions Autrement
2011

Présentation de l'éditeur
Si les femmes sont majoritaires à apprendre la musique dans les écoles et conservatoires, et nombreuses parmi les enseignants, les métiers de l’interprétation sont parmi les moins féminisés. L’entrée des femmes sur la scène musicale s’est démocratisée au XXe siècle, mais les obstacles demeurent.
Dès lors, quelle place pour les femmes interprètes aujourd’hui ? Comment se faire accepter dans une pro- fession dominée par les hommes ? Les réponses apportées dans cette enquête se nourrissent de nombreux témoignages de musiciennes et musiciens, et nous invitent à repenser certaines idées préconçues : après tout, pourquoi mettre sa fi lle à la fl ûte plutôt qu’au tuba ?
Musique savante ou populaire, en termes de parité, tout reste à faire.
 Hyacinthe Ravet est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne. À la fois sociologue et musicienne, elle a publié de nombreux articles sur la place des femmes en musique.

Aucun commentaire: