Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 24 janvier 2012

video: Christiane Marty, Quel impôt juste pour une société juste ?




 



Un impôt juste pour une société juste Collection "Les Notes et Documents de la Fondation Copernic", Syllepse, septembre 2011
Vincent Drezet et Christiane Marty (coord.), Gérard Gourguechon, Jean-Marie Harribey, Pierre Khalfa, Stéphanie Treillet.





Présentation de l'éditeur
Le thème de la réforme fiscale est d’actualité. Si la fiscalité ne peut avoir réponse à tout, il n’en demeure pas moins qu’elle traduit des choix politiques de première importance en matière de répartition des richesses ou de financement de l’action publique. Or, depuis maintenant plus d’un quart de siècle, nous assistons à une véritable contre-révolution fiscale au profit des ménages les plus riches et des entreprises, en particulier les plus grandes, et des revenus du capital. L’impôt est aujourd’hui détourné de son rôle. Dans un contexte européen et international marqué par une concurrence fiscale et sociale et par la multiplication des politiques de rigueur sur fond de dramatisation de la question de la dette publique, il est indispensable de montrer en quoi une réforme fiscale est souhaitable et bénéfique, et pourquoi celle-ci doit passer par un accroissement de la progressivité de l’impôt et un élargissement de son assiette. Fondamentalement, réhabiliter l’impôt doit être une préoccupation constante : moyen de financement des services publics, outil de correction des inégalités et, surtout, permettant le « vivre ensemble », l’impôt doit retrouver un sens citoyen. C’est là un enjeu majeur pour une véritable politique de transformation sociale. Cette Note de la Fondation Copernic rappelle les grands principes de la fiscalité, dresse un bilan des « réformes » passées et livre des propositions qu’il convient d’urgence de mettre en oeuvre.

Aucun commentaire: