Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 18 juin 2012

Emile Durkheim, Sur l'éducation sexuelle

Emile Durkheim
Sur l'éducation sexuelle
Préface de Virginie De Luca Barrusse
Payot
2011

Présentation de l'éditeur
Le 28 février 1911, devant la Société française de philosophie, Durkheim se prononce sur un programme d'éducation sexuelle que le Dr Doléris, membre de l'Académie de médecine, propose de mettre en place dans les écoles. Jusque-là, Durkheim s'était peu exprimé sur la sexualité et les normes sexuelles ; il en débat ici, face à un médecin hygiéniste qui conçoit l'acte sexuel uniquement comme un acte biologique. Mais l'éducation sexuelle peut-elle se résumer à une présentation des organes reproducteurs ? Est-elle une éducation aux relations amoureuses ? Quelle place faire aux sentiments ? Faut-il dire la même chose aux filles et aux garçons ? Quelle attitude les enseignants doivent-ils adopter face aux confessions que leurs élèves leur font ? Comment, par le biais de l'éducation sexuelle, permettre l'apprentissage du respect de l'autre ?

Aucun commentaire: