Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 6 juillet 2012

écouter: Pierre Vermeren, Misère de l'historiographie du "Maghreb" post-colonial (1962-2012)

écouter: Pierre Vermeren, Misère de l'historiographie du "Maghreb" post-colonial (1962-2012), La Fabrique de l'Histoire par Emmanuel Laurentin, 09.04.2012
Pierre Vermeren
Misère de l'historiographie du "Maghreb" post-colonial (1962-2012)
Publications de la Sorbonne
2012

Présentation de l'éditeur
Cet essai de synthèse est consacré à l'historiographie du Maghreb contemporain. Qui a écrit, et qui écrit l'histoire de l'Afrique du Nord, devenue Maghreb, depuis la fin du XIXe siècle ? Un demi-siècle après les indépendances, sans doute est-il nécessaire de revenir sur ce champ de recherches extrêmement idéologique. L'historiographie du Maghreb en langue française se présente comme une succession de séquences politiques et idéologiques qui se chevauchent rapidement. Pour éclairer ces interrogations, Pierre Vermeren dresse le portrait des générations d'historiens et autres spécialistes de ce champ. Cette histoire d'hommes, d'écoles et de réseaux est d'autant plus nécessaire, en ce début de XXIe siècle revenu des grandes idéologies, que la cohorte des historiens du Maghreb est résiduelle. Cette peau de chagrin scientifique peine à dépasser le cadre des spécialistes de la guerre d'Algérie. Or l'histoire de la région ne s'est pas arrêtée en 1962. En dépit de la forte demande sociale des héritiers et porteurs de cette histoire, le Maghreb s'est-il échappé du champ des préoccupations françaises ? Et pourquoi ?
Pierre Vermeren est maître de conférences HDR à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l'histoire du Maghreb, en particulier du Maroc ; membre du CEMAf, il encadre des recherches consacrées à cette histoire. Après huit ans de vie au Maghreb, il a écrit une thèse consacrée à la formation des élites maghrébines au XXe siècle (2000), et plusieurs ouvrages sur le Maroc et le Maghreb contemporains.
Ce présent ouvrage est la version publiée de son habilitation à diriger les recherches (2010). 

Aucun commentaire: