Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 14 mai 2013

Danièle Kergoat, Se battre, disent-elles...

Danièle Kergoat
Se battre, disent-elles...
La Dispute
2012

Présentation de l'éditeur
Rendre visibles les résistances et les révoltes là où elles pourraient passer inaperçues, plaider pour la nécessité sans cesse renouvelée de débusquer les blocages qui empêchent l’émergence de collectifs, et mettre en valeur les expériences qui bousculent l’ordre imposé des choses, tel est l’objectif de cet ouvrage.
Se battre, disent-elles… est un recueil raisonné des principaux textes de Danièle Kergoat, militante et pionnière des études féministes, ainsi que de la sociologie du travail et du genre. Il donne à voir, dans ses moments essentiels, la construction d’analyses et de concepts qui font aujourd’hui référence pour les chercheurs et pour les militants : et notamment la division sexuelle du travail, les rapports sociaux de sexe, ainsi que leur intrication avec les rapports sociaux de classe et de « race ». En s’appuyant sur ses recherches, notamment sur les ouvrières et sur l’émergence de collectifs de lutte féminins, l’auteur déconstruit les rapports de domination pour mieux éclairer et accompagner la dynamique d’émancipation et l’augmentation de la puissance d’agir des femmes dans notre société.

Aucun commentaire: