Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 2 septembre 2014

Actes de la recherche en sciences sociales n°204, "Les espaces de l'entre-soi"


Numéro coordonné par Sylvie Tissot

Que nul n’entre ici si…
Les usages sociaux de la sécurité dans les « copropriétés fermées » de Buenos Aires
Eleonora Elguezabal


Un peuplement au-dessus de tout soupçon ?
Le périurbain des classes populaires blanches
Violaine Girard

La négociation de la mixité
Le travail des comités d’acceptation des villages juifs de Galilée
Pierre Renno

Entre-soi mais chacun chez soi
L’agrégation affinitaire des cadres parisiens dans les espaces refondés
Bruno Cousin

Disperser les ménages
Groupes résidentiels et familiaux à l’épreuve de la démolition d’un grand ensemble
Camille François

La parité sous contrôle
Égalité des sexes et clôture du champ politique
Catherine Achin et Sandrine Lévêque


Télécharger le formulaire d’abonnement




(source: ARSS)

Aucun commentaire: