Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 1 octobre 2014

écouter: Colin Giraud, Quartiers gays


écouter: Colin Giraud, Quartiers gays
Avec la participation de Sylvie Tissot 
Modes de vie, mode d'emploi par Matthieu Garrigou-Lagrange, 15.09.2014

Colin Giraud
Quartiers gays
PUF
2014

Présentation de l'éditeur
A Paris comme à Montréal, l'émergence des quartiers gays montre le rôle spécifique des gays dans la revitalisation des quartiers centraux depuis une quarantaine d'années. Leur implantation commerçante, résidentielle et symbolique a contribué à la métamorphose complète d'anciens quartiers populaires, peu attractifs et vétustes : les gays apparaissent ainsi comme des acteurs spécifiques de la gentrification urbaine.
Plus précisément encore, l'étude des trajectoires et des modes de vie d'habitants gays du Marais et du Village montre aussi leur rôle plus quotidien dans la gentrification (logement, consommation, sociabilités). Ce rôle n'est pourtant pas homogène : les rapports au quartier sont socialement diversifiés, notamment en fonction des trajectoires individuelles et des variations nationales. Mais les quartiers gays ont aussi des effets sur les parcours gays.
Instances de socialisation et lieux d'élaboration de normes spécifiques, ils produisent des manières spécifiques d'être homosexuel et apprennent ainsi aux individus à " devenir gay ". Les effets de cette socialisation restent cependant soumis aux socialisations antérieures, aux origines sociales et aux appartenances de génération.  
Colin Giraud est maître de conférences en sociologie à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, il a enseigné et mené des recherches en France et en Amérique du Nord (Montréal et New York). Ses travaux portent sur les dynamiques urbaines, notamment la gentrification, les dimensions spatiales de la socialisation et la sociologie des homosexualités.


Aucun commentaire: