Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 24 novembre 2014

Connaître. Questions d’épistémologie contemporaine, Sous la dir. de Jean-Marie Chevalier & Benoit Gaultier


Connaître 
Questions d’épistémologie contemporaine 
Sous la dir. de Jean-Marie Chevalier & Benoit Gaultier
Ithaque
2014

Présentation de l'éditeur
Qu’est-ce que la connaissance ? Que pouvons-nous connaître ? Et comment connaissons-nous ? Ces questions philosophiques classiques relèvent de l’épistémologie, qui excède largement l’histoire philosophique des sciences à laquelle elle se trouve trop souvent réduite. Attentif aux enseignements des sciences de la cognition comme aux exigences normatives de la connaissance, le présent volume introduit aux questions les plus débattues de l'épistémologie contemporaine de façon nouvelle et accessible. Ses chapitres ont été rédigés par une nouvelle génération de philosophes francophones dont les recherches s’inscrivent résolument dans les débats internationaux les plus vifs.
Que connaissons-nous grâce à nos sens ? Quelle confiance accorder à la perception ? À la mémoire ? Au témoignage ? Raisonner nous permet-il d’élargir le domaine de nos connaissances ? Est-il possible d’étendre nos capacités cognitives ? L’art et les émotions sont-ils des outils de connaissance à part entière ? La connaissance de soi est-elle d’un genre particulier ? Que pourrions-nous savoir de Dieu ? Qu’est-il possible de connaître a priori ? À quelles conditions nos jugements sont-ils justifiés ? Y a-t-il des normes de la croyance et de l’enquête ? Telles sont les questions épistémologiques fondamentales auxquelles ce livre est consacré.

Avec les contributions de : Reinaldo J. Bernal Velàsquez, Jean-Marie Chevalier, Yannick Chin-Drian, Sandrine Darsel, Filipe Drapeau Vieira Contim, Santiago Echeverri, Benoit Gaultier, Marie Guillot, Olivier Massin, Conor McHugh, Anne Meylan, Kourken Michaelian, Sébastien Réhault, Pierre Steiner, Fabrice Teroni
Benoit Gaultier est docteur de l'Institut Jean Nicod (Paris). Après avoir été chercheur rattaché à la chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance, au Collège de France, il poursuit à l'université d'Helsinki ses recherches sur l’épistémologie analytique contemporaine et la tradition pragmatiste.
Jean-Marie Chevalier étudie la philosophie de Charles S. Peirce et les théories du raisonnement. Normalien, agrégé, il a été maître de conférences au Collège de France, et travaille aujourd'hui au sein du groupe DiaMind à l'université d'Helsinki. 

Aucun commentaire: