Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 16 juin 2016

vidéo: Florence Tamagne et Gérard Mauger, Lectures politiques de la scène punk à l’Est : revendications, contestations, instrumentalisations ? autour du film EAST PUNK MEMORIES

Florence Tamagne et Gérard Mauger, « Lectures politiques de la scène punk à l’Est : revendications, contestations, instrumentalisations ? »   

Vendredi 1er avril 2016


Gérard MAUGER est sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, chercheur au Centre de sociologie européenne, créé par Pierre Bourdieu. Il a enquêté sur la délinquance et les styles de vie des jeunes des classes populaires, sur les âges de la vie et les générations, mais aussi sur le champ artistique ou les pratiques de lecture, etc. Dans son dernier livre, Repères pour résister à l’idéologie dominante (éditions du Croquant, Savoir/Agir), il évoque des sujets aussi divers que la place des intellectuels dans les médias, les clivages au sein des classes populaires ou l’avenir de la « gauche de gauche ». S'efforçant de sortir du rôle de « sociologue pour sociologues », il s'interroge sur une lecture politique du film. Dans ce sens, il a écrit un article sur East Punk Memories dans le numéro d'avril du Monde Diplomatique.

Florence TAMAGNE est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille 3, chercheure à l’Institut de recherches historiques du septentrion (IRHIS, UMR 8529). Elle travaille actuellement sur « Rock, jeunesse et politique. France, Grande-Bretagne, Allemagne (années 1950-années 1970) ». Le débat autour de EAST PUNK MEMORIES s’inscrit notamment dans le programme du séminaire « Histoire sociale du rock », qu’elle co-anime depuis cinq ans avec Arnaud Baubérot. Ouvert librement au public, il se tient cette année de mars à juin au Centre Malher à Paris. Contact : bauberot@u-pec.fr., ftamagne@gmail.com.

Aucun commentaire: