Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 10 janvier 2017

en poche: Carl E. Schorske, Vienne, fin de siècle. Politique et culture

Carl E. Schorske
Vienne, fin de siècle 
Politique et culture 
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Yves Thoraval
revu par Éric Vigne
Préface inédite de Jacques Le Rider
Seuil
Points Essais
2017

Présentation de l'éditeur
En sept études, Carl Schorske dévoile la naissance de notre modernité. Celle-ci commence à Vienne, dans les années 1880, où la bourgeoisie libérale, parvenue au pouvoir, traduit ses espérances dans le prodigieux remodelage de la Ringstrasse. Mais le peuple tenu à l’écart de la scène politique y fait une brutale irruption, guidé par les leaders antisémites. Face à ce déferlement de violence politique dont Hitler saura s’inspirer, beaucoup rejettent les illusions de leurs pères : à la raison, ils opposent le sentiment ; aux normes sociales, ils substituent la libération des instincts ; à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise. Herzl bâtit l’État juif, Freud libère l’inconscient, Otto Wagner esquisse la ville de demain, Klimt révèle les visages d’Éros, Kokoschka révolutionne le langage et Schoenberg invente la musique.
Carl E. Schorske (1915-2015)
Historien américain de la culture, successivement professeur à l’Université wesleyenne, à Berkeley et à Princeton, il a également publié De Vienne et d’ailleurs (Fayard, 2000).

Aucun commentaire: