Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 23 mai 2017

Jean-Claude Chamboredon, Émile Durkheim. Le social, objet de science Du moral au politique ?

Jean-Claude Chamboredon
Émile Durkheim
Le social, objet de science
Du moral au politique ?
Préface de Dominique Schnapper 
Rue d'Ulm
Sciences sociales
2017

Présentation de l'éditeur
Dans ce grand article paru en 1984, Jean-Claude Chamboredon livre la meilleure synthèse des débats qui se sont fait jour sur les liens entre la vie et l’œuvre d'Émile Durkheim. Il permet de comprendre comment la sociologie française fut la science républicaine par excellence – c'est-à-dire aussi ce que doit la France à une tradition intellectuelle juive sécularisée. 

Jean-Claude CHAMBOREDON est né en 1938. Normalien littéraire, il s’est formé à la sociologie aux côtés de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, avec lesquels il a coécrit Le Métier de sociologue (1968). Pivot de la première équipe de chercheurs réunis autour de Bourdieu, il a enseigné à l’ENS jusqu’en 1988 avant de rejoindre Passeron à l’EHESS. Il a publié un grand nombre d’articles qui ont fait date sur divers sujets : culture adolescente, cités HLM, délinquance juvénile, petite enfance, mondes ruraux, chasse, création artistique, système scolaire, histoire du durkheimisme... Il a aussi contribué, en tant que traducteur, préfacier ou critique d’ouvrages, à introduire en France des auteurs étrangers de premier plan tels que Basil Bernstein, Howard Becker, Edward Thompson et Raymond Williams. Fondateur du Laboratoire de sciences sociales de l’ENS, il y a formé plusieurs générations de sociologues. Un recueil de ses textes sur Jeunesse et classes sociales a été republié en 2015 chez le même éditeur. 

Dominique SCHNAPPER a été membre du Centre de sociologie européenne de 1963 à1968 et directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Parmi la vingtaine de ses ouvrages, citons, parus chez Gallimard, La Communauté des citoyens (1994), La Relation à l’autre (1998), La démocratie providentielle (2002), L’Esprit démocratique des lois (2014) et Une sociologue au conseil constitutionnel (2010). Ils portent sur les transformations du lien national et politique dans les sociétés démocratiques qui recherchent l’égalité de tous et le bien-être de chacun de leurs membres. 

Aucun commentaire: