Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mercredi 19 août 2015

vidéo : Louis Pinto, entretien à propos de son ouvrage Sociologie et Philosophie: libres échanges


Grand format. Entretien avec Samuel Lézé, 18 mars 2015 
dans le cadre des séminaires "L’actualité des Classiques" 
ENS de Lyon
Louis Pinto
Sociologie et Philosophie: 
libres échanges:
Bourdieu, Derrida, Durkheim, Foucault, Sartre…
Ithaque
2014

Lire un extrait

Présentation de l'éditeur
Les échanges entre sociologie et philosophie sont certainement une bonne chose, mais à quelles conditions ? Avec ses moyens, le sociologue peut contribuer à dégager une vision plus claire de ce qu’est penser le monde social. La sociologie de la philosophie en constitue un aspect majeur.
Plusieurs des études présentées ici s’inscrivent dans une sociologie historique des rapports entre philosophie et sciences sociales à travers des figures importantes, celles de Bergson, Durkheim, Halbwachs, et celles, plus près de nous, de Sartre, Bourdieu, Foucault, Derrida. D’autres études s’interrogent sur la prétention à l’objectivité que présuppose la connaissance sociologique. Enfin, une dernière partie, consacrée à la circulation actuelle des mots et des labels « théoriques », propose de nous soustraire à l’attrait de la doxa intellectuelle.
En donnant l’idée de ce que peut être une pratique raisonnée des croisements entre disciplines, ce livre invite philosophes comme sociologues à davantage de réflexivité.
Louis Pinto sociologue, est directeur de recherche au CNRS et enseigne à l’EHESS. Il s’est consacré à la sociologie de la culture, à celle des intellectuels – et notamment des philosophes. Sur ces domaines, il a publié plusieurs livres, notamment : La Vocation et le métier de philosophe. Pour une sociologie de la philosophie dans la France contemporaine (Seuil) ; La Théorie souveraine. Les philosophes français et la sociologie au XXe siècle (Le Cerf) ; La Religion intellectuelle. Emmanuel Levinas, Hermann Cohen, Jules Lachelier (PUF).

Aucun commentaire: