Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



samedi 27 novembre 2010

Noam Chomsky, Réflexions sur l'université

Noam Chomsky
Réflexions sur l'université
suivies d'un entretien inédit

Textes réunis et présentés par Normand Baillargeon
Raisons d'agir
2 décembre 2010


Présentation de l'éditeur
"On ne présente pas Noam Chomsky et c’est une grande chance pour les éditions Raisons d’agir que de pouvoir éditer un de ses livres. Un livre projet sur une question essentielle pour son auteur, linguiste majeur et universitaire, puisqu’il porte sur la définition même de l’université. C’est un livre qui touche en cela à des questions très débattues en France ces dernières années avec la réformes des universités qui se déroule dans le cadre du « processus de Bologne ». Questions auxquelles les éditions Raisons d’agir ont déjà consacré un livre (Le cauchemar de Humboldt) qui a marqué la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche. C’est enfin un livre original au sens où il reprend et regroupe des textes anciens de Noam Chomsky et un entretien récent qui montre la force et la constance du point de vue développé par l’auteur dans ces matières.
Etonnamment, les idées de Chomsky sur l’éducation en général et sur l’université en particulier, bien que fortes et originales, restent, malheureusement et très injustement, peu connues et inexplorées, surtout dans le monde francophone.
Chomsky défend une conception claire et exigeante de l’université.
On a souvent noté l’influence que la pensée de Wilhelm von Humboldt (1767-1835), notamment par son rationalisme, son libéralisme et la place qu’elle fait à l’idée de nature humaine, a exercé sur la pensée de Chomsky. C’est tout particulièrement le cas de sa réflexion sur l’éducation. C’est bien, pour l’essentiel, à la conception normative de la nature et des fonctions de l’université que ces idées commandaient déjà chez lui, que Chomsky est resté profondément attaché. Il défend à la fois une position idéaliste faisant de l’universalité et de la recherche désintéressée le but même de l’université tout en analysant avec acuité tout ce qui dans la réalité doit être surmonté pour qu’il en soit ainsi et que l’université surmonte la pression des intérêts particuliers dont elle est l’objet."

TA B L E D E S M A T I È R E S

5 Introduction: Chomsky et l’université

11 Vers une conception humaniste

de l’éducation

37 La fonctionde l’université

en temps de crise

65 Réforme de l’enseignement supérieur

et responsabilités de la communauté

universitaire

89 Deux fonctions de l’université

aux États-Unis

135 Éducation supérieure

et engagement d’hier à aujourd’hui

149 La corporatisation de l’université

163 Notes

Aucun commentaire: