Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 29 décembre 2010

écouter: séminaire « Usages de Wittgenstein »

 Chaire de Philosophie du langage et de la connaissance,  Collège de France, 2009
"Le séminaire  avait pour thème « Usages de Wittgenstein ».  Son
but était, comme le titre l’indique, de considérer des exemples aussi diversifiés que
possible d’utilisations qui ont été faites de l’œuvre de Wittgenstein non seulement
dans la philosophie, mais également en dehors d’elle (par exemple dans
l’anthropologie, les sciences sociales, la littérature, la religion, etc.). Le séminaire a
donné lieu à une série d’exposés qui ont été d’une qualité et d’un intérêt
exceptionnels sur les sujets suivants" (Jacques Bouveresse) :

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Aucun commentaire: