Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 5 janvier 2011

en ligne: Vocations artistiques, Actes de la recherche en sciences sociales n° 168, 2007/3

Page 4 à 11
Gisèle Sapiro   La vocation artistique entre don et don de soi

Page 12 à 33
Gisèle Sapiro   « Je n'ai jamais appris à écrire » Les conditions de formation de la vocation d'écrivain

Page 34 à 49
Séverine Sofio   La vocation comme subversion Artistes femmes et anti-académisme dans la France révolutionnaire

Page 50 à 67
Hyacinthe Ravet   Devenir clarinettiste Carrières féminines en milieu masculin

Page 68 à 81
Thomas Morinière   Les petites voies de la chanson de variétés La révélation du charisme du chant et la démocratisation de la vocation d'interprète

Page 82 à 101
Sergio Miceli   Jorge Luis Borges, histoire sociale d'un « écrivain-né »
Résumé ]Version HTML ]Version PDF ]

Aucun commentaire: