Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


vendredi 24 juin 2011

revue Savoir/Agir n° 16, juin 2011, Le médicament : les dessous d’une marchandise


Présentation de l'éditeur
L’affaire du Médiator, devenue affaire d’État, vient de remettre le médicament au cœur de l’actualité politique. Les scandales sanitaires, anciens (Distilbène, Stalinon, l’hormone de croissance, etc.) ou plus récents (l’anti-inflammatoire Vioxx ou l’antidiabétique Avandia), rappellent périodiquement les risques que peuvent faire encourir des médicaments aux populations. Ils font aussi apparaître que les stratégies d’entreprises privées, très profitables, peuvent parfois sacrifier la santé publique dans la course à la rentabilité. Beaucoup de critiques ont déjà été adressées à l’encontre de la politique du médicament et des firmes pharmaceutiques qui s’assurent des rentes de situations.
Mais au-delà du débat sur les modes de régulation, que sait-on vraiment de ce secteur présenté comme vital pour la France ? Dans quelles conditions les médicaments  sont-ils produits? Comment sont-ils distribués ? Le culte du secret qui entoure ce secteur économique empêche souvent d’avoir une véritable vue sur les enjeux thérapeutiques, sanitaires, financiers, économiques et sociaux auxquels renvoie le médicament.
Le dossier de Savoir/agir se propose donc d’ouvrir la boîte noire pharmaceutique et de pénétrer à l’intérieur de ce secteur pour rendre compte de la fabrication et de l’encadrement du médicament. Les auteurs présenteront ainsi la situation de nombreux travailleurs peu qualifiés d’une industrie que l’on dit « de la connaissance », les effets de la financiarisation des plus grandes firmes pharmaceutiques sur leurs stratégies commerciales et industrielles, l’appropriation par les firmes des normes sur la qualité de la production à des fins d’élargissement du marché, les transformations récentes sur système d’autorisation de mise sur le marché de nouveaux médicaments, des manières dont les firmes ont, depuis longtemps, détournés l’encadrement des visiteurs médicaux et, enfin, les réseaux qui lient les lobbyistes européens aux experts et aux décideurs.

Éditorial, par Frédéric Lebaron

Dossier

Le médicament : produit éthique, marchandise rentable, coordonné par Cédric Lomba et Hélène Michel
La financiarisation des Big Pharma : de l’insoutenable modèle blockbuster à son dépassement ? par Matthieu Montalban
« Économie de la connaissance » et bas statuts d’emploi : pas de contre-indication dans le secteur du médicament, par Pierre Fournier et Cédric Lomba
L’évaluation des médicaments, un enjeu politique, entretien avec Boris Hauray
L’industrie pharmaceutique et l’État. Comment garantir la santé sans nuire au commerce ?, par Séverin Muller
Contrôler la promotion des médicaments auprès des médecins : les pouvoirs publics face à l’industrie pharmaceutique, par Jérôme Greffion
Politique du médicament en Europe : la difficile constitution d’une prise de parole face à l’industrie, par Éric Cheynis

Grand entretien

Une sociologue au Parlement européen, avec Marisa Matias

Paroles

Avocats : du professionnel au politique, par Laurent Willemez

La rhétorique réactionnaire

Populisme (3), par Gérard Mauger

Chronique de la gauche de gauche

2012 : débuts de campagne, par Louis Weber

Actualité

Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne, par Chérif Ferjani

Alterindicateurs

Indicateurs du bien-être, une mise en œuvre tronquée, par Thomas Venet

Politiques d’ailleurs

Belgique 1960-2010: grève du siècle et crise multiforme, par Julien Dohet et Jean Faniel

Idées

« Neutralité axiologique », science et engagement, par Louis Pinto

Culture(s)

Un billet pour la France d’en haut, par Mustapha Belhocine

1 commentaire:

Ana a dit…

Je ne comprend pas pourquoi en France on parle si peux sur les effets indésirable qui sont terrible et le fait de que il y a des médicament qui sont addictive.
Ça fait 6 ans que je recherche sur les médicaments psychiatrique comme les antidépresseur comme Prozac. J'ai un blog en anglais et je l'ai écrit an anglais parce que ce sont les américains et anglais qui sont les critique donc mes recherche on été faite en anglais.
J'ai déjà recherche en français et... rien.
J’espère que a moins le débat commence en France.
Il y a beaucoup des choses a faire.