Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 17 novembre 2011

Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste

Sylvie Tissot
De bons voisins 
Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste
éditions Raisons d'agir
2011

présentation de l'éditeur
En 2005, une habitante de Boston, aux États-Unis, se plaint auprès d’une association de quartier : sur une des artères commerçantes, juste à côté d’un restaurant réputé pour ses fabuleux brunchs dominicaux, stationnent, en fumant, d’anciens toxicomanes logés dans un foyer de réinsertion. Une négociation s’ensuit, et les liens établis de longue date entre les propriétaires blancs et les associations caritatives, très nombreuses dans cet ancien quartier populaire, permettent de régler l’affaire. De nouvelles règles sont imposées aux résidents du foyer. Ils n’auront désormais plus le droit de stationner regroupés sur les trottoirs. Ils sont invités à marcher quand ils fument. Cet exemple illustre les formes de contrôle que les résidents les plus fortunés savent mettre en œuvre dans l’espace urbain. Les avocats, les cadres dirigeants, les médecins et les consultants qui habitent ce quartier progressivement embourgeoisé depuis les années 1960 sont parvenus, en se mobilisant, à contrôler les espaces publics et les populations les plus « indésirables », et à surveiller avec vigilance les projets immobiliers et les activités commerciales. C’est pourtant une partie de ces mêmes résidents qui ont défendu l’aménagement, dans la même rue, de logements semi collectifs pour des sans-logis. Face à une opposition virulente, un groupe de propriétaires se sont battus pour ce projet, au nom d’une « diversité » qu’ils brandissent comme un étendard.
L’ouvrage proposé analyse les transformations qui traversent les élites depuis les années 1960 et apporte ainsi un éclairage nouveau sur le fonctionnement de la distinction sociale. Pour cela, il part d’une enquête dans un quartier populaire d’une grande ville de la côte Est des États-Unis : naguère l’un des plus stigmatisés de la ville, peuplé de bars tenus par la mafia, d’hôtels meublés occupés par des immigrés venus du monde entier, de prostituées, et de résidents noirs formant près de la moitié de la population, il est aujourd’hui un quartier branché, vanté pour son architecture et la vie artistique qui fleurit dans les friches industrielles réhabilitées. Cette enquête montre que, loin d’annuler les distances sociales, les migrations des résidents fortunés dans les centres-villes dégradés les reconduisent et parfois les exacerbent : mise à distance des plus démunis, création d’espaces exclusifs, marquage du territoire par de nouveaux commerces et styles de vie... L’espace urbain est bien, de ce point de vue, un des sites privilégiés d’observation des inégalités, et des stratégies qui alimentent la reproduction sociale.

Aucun commentaire: