Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



samedi 25 février 2012

en ligne: Actes de la recherche en sciences sociales n° 174, 2008/4, Pacifier et punir (2), La force du droit international et le marché de la paix

Page 4 à 23
Ron Levi et Heather Schoenfeld   Médiation et droit pénal international Le façonnage des outils de poursuite des crimes de guerre
Page 24 à 33
Pierre-Yves Condé   Causes de la justice internationale, causes judiciaires internationales Note de recherche sur la remise en question de la Cour internationale de justice
Page 34 à 43
John Hagan et al.   La sanction de la torture en Irak Une étude de cas sur l'imposition de la démocratie et de l'État de droit

Document

Page 45 à 47
  Exposé relatif au nombre de morts en Irak aux membres du Congrès américain Ron Paul et Dennis Kucinich
Page 48 à 67
Sandrine Lefranc   Du droit à la paix La circulation des techniques internationales de pacification par le bas
Page 68 à 79
Sara Dezalay   Des droits de l'homme au marché du développement Note de recherche sur le champ faible de la gestion de conflits armés
Page 80 à 99
David Ambrosetti   Urgences et normalités de gestionnaires face aux violences « des autres », l'ONU et le Soudan

Aucun commentaire: