Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 26 mars 2012

Marc Joly, Devenir Norbert Elias

Marc Joly
Devenir Norbert Elias
Fayard
2012


Présentation de l'éditeur
 Norbert Elias (1897-1990) occupe aujourd’hui une place centrale dans l’histoire de la sociologie du xxe siècle, entre Max Weber et Pierre Bourdieu. Pourtant, de son vivant, il fut très longtemps ignoré ou incompris ; et s’il fut célébré en France à partir des années 1970, c’est au titre d’historien précurseur de l’école des Annales, c’est-à-dire au prix d’un certain malentendu.
L’histoire de la vie du sociologue – et de la trajectoire de reconnaissance dont elle est inséparable – restait à écrire. Tel est le défi que Marc Joly a tenté de relever. Fondé sur un grand nombre de recherches d’archives en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France, son travail alterne récit « biographique » et théorisation des processus de reconnaissance scientifique. Il regorge ainsi d’informations inédites, que ce soit sur le destin « maudit » de Über den Prozess der Zivilisation – le maître-ouvrage d’Elias – ou sur la carrière heurtée de son auteur à Londres puis Leicester.
Pour éclairer la réception de l’œuvre d’Elias en France, Marc Joly consacre enfin de passionnants développements à la sociologie française des années 1960 et à l’école des Annales des années 1970.
Au total, il nous fait découvrir des pans méconnus ou refoulés de l’histoire européenne des sciences humaines et sociales du xxe siècle, et reconsidère la manière même d’écrire une telle histoire.

Marc Joly, né en 1976, est licencié en droit, titulaire d’un DEA en sciences politiques et docteur en histoire. Sa thèse a porté sur la réception française de l’œuvre de Norbert Elias dans une perspective européenne. Il a cotraduit, édité et présenté une série de textes de Norbert Elias autour de la psychologie, dont un manuscrit inédit sur Sigmund Freud (Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse, La Découverte, 2010). Il a été chargé de mission à la Mairie de Paris et éditeur à Strasbourg. Il est actuellement ATER à l’université de Rouen. 


Aucun commentaire: