Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 15 juin 2012

L'Europe des Européens - Enquête comparative sur les perceptions de l'Europe


L'Europe des Européens
Enquête comparative sur les perceptions de l'Europe 
Sous la direction de Daniel Gaxie, Nicolas Hubé, Marine de Lassalle, Jay Rowell
Economica
2011


Présentation de l'éditeur
Les citoyens européens sont-ils devenus plus critiques vis-à-vis de la construction européenne ? Les résultats de divers référendums, notamment sur le Traité constitutionnel européen en France et aux Pays-Bas en 2005, semblent le prouver.
Mais tout indique que les citoyens sont peu intéressés par l'Europe et peu informés à son sujet. Comment les citoyens " ordinaires " perçoivent-ils l'Europe ? Quels sont leurs véritables motifs de crainte ou d'espoir ? En dépit de nombreux sondages, on sait peu de choses de ce que pensent vraiment les Européens. Peut-on se satisfaire de recenser des réponses sommaires à des questions fermées comme on le fait couramment ? Ce livre présente les principaux résultats d'un programme de recherche international sur les conceptions ordinaires de l'Europe.
Plus de six cents personnes de milieux divers ont été interrogées de manière approfondie en Allemagne, France, Italie et Pologne.
Daniel Gaxie est professeur de science politique à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne (CESSP-CRPS). Nicolas Hubé est maître de conférences en science politique à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne (CESSP-CRPS). Marine de Lassalle est maître de conférences en science politique à l'Université de Strasbourg (GSPE-PRISME). Jay Rowell est chargé de recherche au CNRS (GSPE-PRISME).

Aucun commentaire: