Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



dimanche 30 septembre 2012

audio: Frédéric Lordon, Réunion publique « Non au Traité européen d'austérité », 27 septembre 2012


RÉUNION PUBLIQUE Jeudi 27 septembre 2012, École Normale Supérieure, Avec Frédéric LORDON, Membre du collectif des économistes atterrés, directeur de recherche au CNRS et Denis DURAND, CGT Banque de France, membre du Conseil économique Social et Environnemental

Aucun commentaire: