Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 30 octobre 2012

écouter: Stéphane Dorin, Sound Factory - Musique et logiques de l'industrialisation

écouter: Stéphane Dorin, Sound Factory-Musique et logiques de l'industrialisation
Label pop par Vincent Théval, 23.10.2012

Stéphane Dorin (dir.)
Sound Factory
Uqbar et Mélanie Seteun
2012

Présentation de l'éditeur
“D’une révolution à l’autre”. C’est le titre que Jeremy Deller avait choisi pour son exposition au Palais de Tokyo afin de souligner les liens inattendus entre le déclin de l’industrie manufacturière et la naissance de l’industrie musicale.
Les contributions de chercheurs en sciences sociales, réunis ici sous la direction de Stéphane Dorin, et précédées d’un entretien avec Jeremy Deller, prennent toutes au sérieux les musiques populaires, dans leurs dimensions industrielles et commerciales, mais aussi dans leur propension à renouveler les pratiques culturelles, les politiques économiques et les esthétiques.
Révolutionnaires, les musiques le sont donc bel et bien, à la fois par leurs origines lointaines, dans la naissance du capitalisme industriel et commercial au XIXe siècle, et par leur impact, numérique ou non, sur nos manières d’écouter, de voir et de vivre ensemble au début du XXIe siècle. D’une révolution à l’autre, les musiques populaires sont toujours aux avant-postes des transformations sociales à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.

Sommaire

  • Jeremy Deller : conversation avec Julien Fronsacq :« J’aime tout ce mélange... »
  • Simon Frith : L’industrialisation de la musique
  • Patrick Mignon : Culture populaire et innovation musicale : les origines industrielles du rock anglais
  • Stéphane Dorin : Deviens une superstar. Démocratie du génie et capitalisme flexible dans la Factory de Warhol
  • Vincent Arquillière : Industrial Music by Industrial People : Factory, le son de l’usine
  • Gérôme Guibert : La notion de scène locale. Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux
  • Philippe Bouquillion : Mutations des industries musicales et actualité des théories des industries culturelles
  • David Hesmondhalgh : La musique et le numérique : au-delà du battage
  • Bibliographie
  • Les auteurs

Aucun commentaire: