Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 29 octobre 2012

Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles


Traduire la littérature et les sciences humaines 
Conditions et obstacles
Sous la direction de Gisèle Sapiro
La Documentation Française
2012

Présentation de l'éditeur
Quelles sont les raisons de traduire ou de ne pas traduire une œuvre ?
Alors que les ouvrages du philosophe américain John DEWEY publiés dans les années 1920 n'ont été traduits en français qu'en 2003, quatre ans seulement séparent la parution de la Sociologie de l'Algérie de Pierre BOURDIEU en 1958 et sa traduction en anglais, mais près de vingt-cinq ans passent entre la parution de l’Amour de l’art en 1966 et sa publication aux États-Unis en 1990. L’Élégance du hérisson, un roman tout d’abord refusé par de multiples éditeurs étrangers car jugé trop « franco-français » a pourtant connu très vite un succès de librairie mondial. Comment expliquer de tels phénomènes ?
De nombreux obstacles d’ordre économique mais aussi symbolique empêchent les œuvres de circuler entre les cultures : la très inégale position des langues sur le marché mondial de la traduction et, pour chaque pays, les héritages culturels différents et leurs représentations réciproques, les traditions philosophiques et universitaires, la structuration et le développement des économies nationales du livre, mais aussi la rareté des traducteurs pour certaines langues, la difficulté de traduction, son coût, etc.
À partir d'études de cas conduites en France, aux États-Unis, au Brésil, au Royaume Uni et aux Pays-Bas et consacrées à la traduction en français ou vers une autre langue, l’ouvrage identifie les conditions économiques et culturelles de la traduction en littérature et en sciences humaines et sociales. À travers un grand nombre d'exemples singuliers, il dégage les logiques générales qui freinent ou favorisent la traduction : le rôle crucial d’éditeurs volontaristes, l’importance des dispositifs de soutien public et les logiques culturelles qui gouvernent la réception des œuvres, leur commercialisation et leur médiation dans chaque pays.
Gisèle SAPIRO a dirigé les recherches qui ont permis l’édition de cet ouvrage. Elle est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS. Elle dirige le Centre européen de sociologie et de science politique. Spécialiste de sociologie des intellectuels, de la littérature, de la traduction et des échanges culturels internationaux, elle est notamment l’auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999) et de La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France XIXe-XXIe siècle (Seuil 2011).
+
Rencontre autour des conditions culturelles et économiques de la traduction, à l’occasion du lancement de l’ouvrage dirigé par Gisèle Sapiro, Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles. Cultures croisées? Politiques culturelles françaises et allemandes, Lundi 12 novembre 2012, 19h, Goethe-Institut - 17 avenue d'Iéna, 75116 Paris, Entrée libre

Aucun commentaire: