Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 28 octobre 2013

Pierre Fournier, Travailler dans le nucléaire. Enquête au cœur d'un site à risques

Pierre Fournier
Travailler dans le nucléaire
Enquête au cœur d'un site à risques
Armand Colin
2012

Introduction

Présentation de l'éditeur
Faut-il poursuivre ou en finir avec le nucléaire ? La catastrophe de Fukushima, au-delà du choc émotionnel qu’elle a provoqué, a ravivé la question dans le monde entier. Et en particulier en France où le secteur nucléaire est à la fois un fleuron de l’industrie, un mastodonte économique, un enjeu diplomatique, environnemental, politique. Inscrit dans le débat mais mal connu, le travail quotidien dans ces lieux clos mérite d’être étudié à la fois comme facteur de risques menaçant le secteur et comme principal moyen de prendre en compte ces risques pour les maîtriser.
Le sociologue Pierre Fournier a pénétré dans un site nucléaire pour en donner une vision de l’intérieur en y étant tour à tour intérimaire, stagiaire et ouvrier de sous-traitance. Au sein des équipes, il observe les façons d’agir, les relations entre les hommes, les manières de composer avec une connaissance toujours incertaine, les conflits qui surviennent et la place des risques qui pèsent sur les salariés.
Ni pro ni antinucléaire, au-delà des affrontements idéologiques, cette plongée au cœur du nucléaire français est un compte rendu d’enquête de terrain qui contribuera au débat en apportant un matériau original et précis.

Pierre Fournier est professeur de sociologie à l’université d’Aix-Marseille.

Aucun commentaire: