Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



dimanche 22 mars 2015

en poche: Vincent Goulet, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires de l'information

Vincent Goulet 
Médias et classes populaires
Les usages ordinaires de l'information 
Préface de Patrick Champagne
INA
Ina poche
2015

Présentation de l'éditeur
Finalement, à quoi servent les informations ? Qu’est-ce qui nous pousse, chaque matin, à allumer la radio ou la télévision pour savoir « ce qui s’est passé » durant la nuit ?
Pour répondre à ces questions, l’auteur a mené une enquête auprès des « gens ordinaires » d’un grand ensemble HLM de la banlieue bordelaise. À travers des observations et des entretiens, il dresse le portrait des rapports intimes que les gens des milieux populaires tissent avec les informations.
Les actualités ne servent pas seulement à forger son opinion de citoyen ou à justifier ses prises de position politique, mais aussi, entre autres, à gérer son angoisse devant les aléas d’une existence précaire, de trouver sa place dans la hiérarchie sociale, gérer sa vie conjugale et amicale, transmettre des valeurs et des visions du monde à ses enfants. Prendre au sérieux l’intérêt manifesté pour les faits divers, le sport, les pages people mais aussi pour certains problèmes économiques et sociaux, permet de mieux saisir tous les usages sociaux des actualités.
Après avoir été monteur d’actualités à la télévision et maître de conférences à l’université de Lorraine, Vincent Goulet continue ses recherches sur les frontières médiatiques, sociales et culturelles. Dernier ouvrage paru : « Médias : le peuple n’est pas condamné à TF1 ! ».

Aucun commentaire: