Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 16 avril 2015

vidéo: Nouvelles politiques économiques en Amérique latine : le modèle néolibéral n’est pas une fatalité ! Avec Pedro Paez, Jean-François Ponsot et Jonathan Marie


Nouvelles politiques économiques en Amérique latine : le modèle néolibéral n’est pas une fatalité ! 
Rencontre mensuelle des Économistes Atterrés, 17 mars 2015
Avec : 
- Pedro Paez, économiste, Président de l'autorité de concurrence en Équateur. Pedro Paez a été ministre de l'économie et a dirigé la Commission présidentielle sur la nouvelle architecture financière régionale en Amérique latine. Il a été membre de la Commission Stiglitz des Nations Unies sur la réforme du système monétaire international. 
Le débat est animé par : Jean-François Ponsot, membre du CA des Économistes atterrés, Maître de conférences à l’Université de Grenoble et Jonathan Marie, membre du CA des Économistes atterrés, Maître de conférences à l’Université Paris 13.


(source: Économistes Atterrés)

Aucun commentaire: