Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 13 juin 2016

Fred Hirsch, Les Limites sociales de la croissance

Fred Hirsch
Les Limites sociales de la croissance 
Traduction de Baptiste Mylondo
Préface de Jean Gadrey
Les Petits Matins/Institut Veblen
2016

Présentation de l'éditeur
Et si la croissance, tant espérée par tous ceux qui y voient le remède au chômage, à la précarité et aux inégalités, n’était pas à même de guérir les maux de notre société ? C’est le constat établi par Fred Hirsch, dès 1976, dans ce livre fondateur : au-delà d’un certain seuil, la croissance économique n’améliore plus le bien-être et tend plutôt à le réduire.
Rien ne destinait cet économiste, passé par le Fonds monétaire international et la rédaction de The Economist, puis devenu professeur à l’université de Warwick, à développer cette critique radicale de la dynamique même de notre système économique. Il nous laisse pourtant en héritage un ouvrage devenu une référence pour les écologistes et les économistes critiques.
Fred Hirsch démontre que l’abondance matérielle s’accompagne d’une inefficacité croissante dans le fonctionnement de notre société. Surtout, la poursuite sans fin de la croissance suppose une compétition effrénée entre les individus, qui cherchent à s’affirmer à travers des comportements de consommation ostentatoire. Une quête insatiable qui conduit à un formidable gaspillage écologique et social, mais aussi à une dégradation du bien-être et de la satisfaction de chacun.
« Le livre de Fred Hirsch […] appartient à la catégorie des grandes oeuvres dont les idées sont plus importantes que jamais, alors que nous sommes entrés dans une crise écologique et sociale majeure. »Jean Gadrey
Diplômé de la London School of Economics, Fred Hirsch a travaillé comme journaliste pour The Economist et comme économiste auprès du FMI. L'essentiel de ses travaux porte sur les questions monétaires internationales et sur l'inflation. Baptiste Mylondo est enseignant en économie et philosophie politique dans diverses écoles supérieures (école 3A, Science-Po Lyon et Centrale Paris). Il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant de la décroissance et du revenu inconditionnel.

Aucun commentaire: