Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 7 mars 2017

écouter: Maurizio Ferraris, Mobilisation totale


écouter: Maurizio Ferraris, Mobilisation totale
L'invité du 12h30, 07.11.2016
Maurizio Ferraris
Mobilisation totale
PUF
2016
Présentation de l'éditeur
Pour la première fois dans l’histoire du monde, grâce au téléphone mobile, nous avons l’absolu dans notre poche. Mais avoir le monde en main signifie aussi, automatiquement, être aux mains du monde.
Toutes les cinq secondes en moyenne, votre portable se manifeste à vous. Cet ouvrage se penche sur ce phénomène de société et montre comment cette sollicitation permanente se transforme en dispositif de mobilisation.
Qui dit mobilisation dit militarisation. Ainsi le mobile nous transforme en militaires, abolissant la distinction entre public et privé, entre jour et nuit, entre travail et repos, en nous mobilisant en permanence : nous voilà sommés d’être sans cesse responsables, de ne rien oublier ni pardonner. Le portable aurait-il contribué à l'émergence d’un nouvel état de guerre ? 
Traduit de l’italien par Michel Orcel
Philosophe, professeur à Turin, Maurizio Ferraris a été directeur de programme au Collège international de philosophie à Paris. Il est notamment l’auteur du Manifeste du nouveau réalisme (Hermann, 2014) et de Goodbye, Kant ! (éditions de l’Éclat, 2009).




Aucun commentaire: