Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 8 mars 2017

Éric Berr, L'intégrisme économique


Éric Berr
L'intégrisme économique
Les Liens qui Libèrent
2017

Présentation de l'éditeur
Le monde est gangréné par un intégrisme économique qui est l’instrument du pouvoir exercé par une minorité à son propre profit. Fonctionnant comme une religion, ou, pire, comme un intégrisme religieux, il vénère un dieu, le Marché, promeut un Ordre apostolique néolibéral, et refuse toute évolution. Il tente d’imposer une lecture rigoriste de ses évangiles économiques, regroupés en dix commandements. À cet effet, il peut compter sur une armée de disciples – théologiens élaborant les tables de la loi, évangélistes économiques et clergé politico-médiatique prêchant la parole intégriste – dont la mission est de convaincre les foules de la bonté du Marché et de combattre les hérétiques qui douteraient de la véracité de ce catéchisme économique.
Lutter contre l’intégrisme économique implique de dévoiler son mode opératoire, c’est-à-dire le mode d’exercice de son pouvoir, afin de déconstruire ses dogmes et de démasquer ses adorateurs, qu’il convient de déradicaliser afin de leur faire retrouver le chemin de la raison, celui du débat et de la recherche de compromis soutenables, donc de l’espoir.

Eric Berr est Maître de conférences en économie à l’université de Bordeaux. Il est membre du collectif des Économistes atterrés.



Aucun commentaire: