Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 23 mai 2018

Baptiste Giraud, Karel Yon, Sophie Béroud, Sociologie politique du syndicalisme

 
Baptiste Giraud
Karel Yon
Sophie Béroud
Sociologie politique du syndicalisme 
Armand Colin
2018

Présentation de l'éditeur
Comment expliquer le morcellement du syndicalisme français ? Pourquoi si peu de salariés adhèrent aux syndicats ?
Tous les syndicalistes sont-ils des professionnels du dialogue social coupés de leur base ? Pour répondre à ces questions classiques dans les controverses politico-médiatiques, ce manuel propose une synthèse des travaux récents conduits dans les champs de la sociologie et de la science politique autour de l’analyse des organisations syndicales, de leurs adhérents et de leurs pratiques. Il fait le pari que les outils de la sociologie politique permettent une analyse plus fine du phénomène syndical. En abordant des questions telles que les dynamiques de l’engagement militant, les ambivalences du processus d’institutionnalisation ou bien encore les modalités du travail de représentation, cet ouvrage développe des questions qui intéresseront tous les étudiants en sociologie et science politique mais aussi toutes celles et ceux désireux de dépasser les schématismes et de comprendre les spécificités du syndicalisme en France.
Sophie Béroud est maître de conférences en science politique, Université Lyon 2, membre du laboratoire TRIANGLE, enseignements en licence et master. Baptiste Giraud est maître de conférences en science politique à la Faculté d'Economie et de Gestion d'Aix-Marseille Université, Membre du Laboratoire d'Economie et de Sociologie du Travail (LEST). Karel Yon est chargé de recherches CNRS, membre du Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS), Lille 2 /CNRS, Membre du Conseil national des Universités.

 


Aucun commentaire: